Besoin d'aide ?

Algie vasculaire de la face : la science avance pour aider à réduire les crises !

L'algie vasculaire de la face est un véritable handicap au quotidien pour les personnes qui en souffrent. Ce trouble neurologie de de la famille des TACs (Trigémino Automatiques Céphalées) entraîne à la fois des douleurs, localisées autour de l’œil et de la tempe. Le patient subit des crises passagères, qui provoquent une douleur lancinante d'un seul côté du visage. 

La recherche médicale autour de l'algie vasculaire de la face (AVF) avance chaque année un peu plus. En 2022, les scientifiques ont découvert qu'une stimulation du nerf occipital (SNO) pourrait être véritablement efficace pour prévenir les crises chez les patients, notamment ceux qui ne seraient pas soulagés par la prise d'anti-douleurs.

L'algie vasculaire de la face chronique, un douloureux trouble

L'AVF est donc un trouble neurologique qui n'a aucune autre répercussion sur le corps ou le cerveau. La douleur est localisée et le seul traitement proposé était jusqu'à présent la prise de médicaments antalgiques. Les dernières études montrent pourtant que chez 15 % des patients souffrant d'algie vasculaire de la face, les anti-douleurs ne sont pas efficaces ou mal tolérés.

De nouvelles études ont donc été menées pour trouver de nouvelles solutions globales et les premiers résultats sont très encourageants. La stimulation du nerf occipital, ce nerf situé juste à la naissance de la colonne vertébrale, à la base de la boite crânienne, semble porter du fruit. Les résultats s'appuient également sur ceux d’études antérieures, menées en conditions réelles. Ils ont été notés comme "prometteurs" pour une « partie importante » de cette population de patients. ce qui justifie l’examen de ce médicament en vue d’une autorisation réglementaire.


Méthodologie de cet essai clinique

Un essai clinique contrôlé randomisé de phase III multicentrique a été mené en Europe auprès de 150 patients atteints d’algies vasculaires de la face. Ces patients présentaient au moins 4 crises par semaine et n'avaient pas été soulagés par au moins 3 médicaments préventifs standards (essai ICON).

Les patients ont été soumis de manière aléatoire à une stimulation du nerf occipital en double aveugle, à différentes intensités pendant 24 semaines (pourcentage de l’intervalle déterminé individuellement entre le seuil de survenue d’une paresthésie et un état proche de la gêne). Deux groupes ont été constitués dès le départ, un groupe d'intensité élevée (100 %), un groupe d'intensité faible (30 %).


Critère d’évaluation principal : la variation de la fréquence hebdomadaire moyenne des crises.

Financement : Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique, Medtronic et financements privés.


Principaux résultats en chiffres :


Médiane des fréquences hebdomadaires moyennes des crises dans l’ensemble :

Diminution de 15,75 à l’inclusion à 7,38 aux semaines 21 à 24

Variation médiane : - 5,21 crises par semaine


Par intensité de la stimulation :

Groupe de la SNO à 100 % :

Diminution de 17,58 à 9,50.

Variation médiane : -4,08 (intervalle interquartile [IIQ] : -11,92 à -0,25).


Groupe de la SNO à 30 % :

Diminution de 15,00 à 6,75.

Variation médiane : - 6,50 (IIQ : -10,83 à -0,08).


La différence entre les groupes aux semaines 21 à 24 était de -2,42 crises (IC à 95 % : -5,17 à 3,33).



Événements indésirables :


Non graves :

112 avec la SNO à 100 % (74 % des patients).

87 avec la SNO à 30 % (66 % des patients).

Ces événements indésirables comprenaient une une douleur locale, une altération de la cicatrisation des plaies ou une raideur de la nuque.


Graves :

17 avec la SNO à 100 % (23 % des patients).

8 avec la SNO à 30 % (11 % des patients).


Soulager les douleurs d'une algie vasculaire semble grâce à la stimulation du nerf occipital (SNO) semble une nouvelle voie d'avenir salvatrice pour tous les malades !


COVID-19 : myocardite et péricardite post-vaccination guérissent rapidement

Une nouvelle crème protectrice naturelle sur-mesure semble pouvoir soulager les patients atteints d’une dermatite atopique !

Enfin un traitement efficace pour les patients atteints d’une dermatite atopique ?

Une nouvelle crème protectrice naturelle sur-mesure semble pouvoir soulager les patients atteints d’une dermatite atopique !

Le diabète de type 2 serait une maladie du système nerveux central

Une nouvelle crème protectrice naturelle sur-mesure semble pouvoir soulager les patients atteints d’une dermatite atopique !